Témoignage du Rév. Pasteur Vincent MUDERHWA

Faut-il être attaché aux bénédictions de Dieu ou à Dieu qui bénit ?
En rapport avec ce double questionnement, moi Rév. Vincent MUDERHWA, Dieu m’a appris bien des choses : j’ai eu à connaître avec ma famille deux cas :

  • Incendie de la maison que je prenais à Katindo en face du camp Munzenze en 1988 pendant que je veillais sur ma femme et mon fils, tous les deux hospitalisés au centre de santé CBCA Virunga. La maison prit feu et tout fut calciné sans rien sauver. Pendant ce temps, notre fille Anny a eu à risquer d’être jetée dans le feu par notre bailleur, un policier de son état. L’enfant fut sauvé de justesse par des amis mais la même soirée le bailleur vint à l’hôpital pour me faire arrêter et je fus placé dans un cachot alors que je n’étais pas sur place. N’eût été l’intervention de l’ancien Recteur de l’ISTP devenu aujourd’hui ULPGL, j’aurai dû passer beaucoup de temps en prison. Nous avons tout perdu et il nous a fallu tout reconstituer (habits, fauteuils, ustensiles de cuisine, etc..). nous avons vu Dieu intervenir par des assistances sociales des amis, frères et sœurs en Christ et connaissances. Une année après, Dieu nous appela à tout abandonner pour répondre à son appel de devenir Pasteur et nous sommes allé à Kinshasa avec toute la famille pour commencer les études théologiques.
  • L’éruption volcanique de Janvier 2002 a dû emporter tout ce que nous avions et nous nous sommes retrouvés comme dans un rêve, dans une autre situation sans habits, sans appareils, sans fauteuils, sans ustensiles de cuisine et nous avons eu comme lieu de refuge Kigali parce qu’ayant été récupéré par les frères du groupe Biblique Universitaire du Rwanda qui nous connaissaient très bien et se sont organisé pour nous trouver un logement, nous prendre en charge en terme de restauration et collecter des habits à la fois pour nous, et toute la famille. De là nous sommes allé à Bukavu où des amis, frères, sœurs en Christ, collègues Pasteurs, ont eu à nous prendre en charge pendant deux mois.

La leçon que nous avons retenu de ces deux événements malheureux c’est de nous accrocher à Dieu car quand bien même ce que nous avons reçu de lui nous est retiré, il reste le plus grand héritage que nous ayons reçu. Il sait bien récompenser une foi qui compte sur lui. Lui obéir même en des moments d’épreuves, nous ne perdons rien. Mais se détacher de lui, voilà une expérience qu’il ne faut jamais oser faire parce que tant que Dieu est avec nous, quoi qu’il arrive, non seulement il comble les déficits des pertes que nous subissons, il est Dieu qui béni. Dieu nous a appris à détacher notre cœur des biens de ce monde et il nous a appris à compter sur lui parce que ceux qui se confient à l’Eternel ne seront jamais confus.

Bienfait PALUKU

Voir aussi...

Témoignage du Moniteur Félicité Musambaghani Josuel

Né dans une famille chrétienne, pastorale, je grandis dans un environnement évangélique jusqu’à 14 ans. …

2 commentaires

  1. Dieu est grand! ne perdons jamais conscience de sa présence dans nos vies, quelles que soient les circonsatances.

  2. Wow! Dieu est bon. Restons attachés à lui, celui qui bénit, au lieu de nous attacher aux bénédictions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *